Hephaistos

La mythologie grecque demeure, pour nous Occidentaux, l'une des plus importante et des plus attachante. En effet, ces dieux grecs, logés sur le Mont Olympe, ne sont pas des entités floues ou abstraites, mais bel et bien des êtres doués de vie et de raison. Qui n'a jamais entendu parler de ces grands dieux : Zeus, Poséidon ou encore Hadès ? Ces noms éternels ont traverser l'histoire sans jamais s'éteindre. Il en est de même pour le mystérieux dieu du feu : Hephaistos. Dès sa naissance, le mystère demeure. Fils de Zeus et d'Héra, pour les uns, et fils d'Héra uniquement pour d'autres ; les versions divergent. Effectivement, Héra, déesse du mariage et protectrice de la fécondité, épousa Zeus, le plus puissant des dieux. Elle aurait conçu Hephaistos, seule sans le concours de son époux, car elle était jalouse qu'Athéna naquit de la cuisse de Zeus. Quoiqu'il en soit, Hephaistos avait un aspect gnomique, particulièrement hideux et à la lumière de cette réalité nous comprenons parfaitement le tableau de Bordone Athéna scorning the Advances of Hephaestus, où Athéna repousse ses avances. Par ailleurs, il boitait des deux jambes. À ce propos, on raconte que Zeus le jeta du haut de l'Olympe après qu'il eut pris parti pour sa mère dans une querelle et il s'abattit sur l’île de Lemnos et en resta boiteux toute sa vie. Une autre version rapporte qu'Héra, dégoûtée d'avoir enfanté un fils aussi laid, le jeta des cieux dans la mer. Cependant, malgré sa laideur, Hephaistos eut de nombreuses épouses, dont la plus célèbre reste Aphrodite, la déesse de l'Amour. Celle-ci le trompa à de multiples reprises, et notamment avec Arès. Hephaistos surprit les deux amants en flagrant délit, les emprisonna dans un filet pour les rendre ridicule à tous les dieux. Par ailleurs, très vite, il devint le dieu de la métallurgie et le forgeron officiel des dieux et des héros. Assisté des cyclopes et des cabires, avec un art et un génie inimitable, Hephaistos forgea le trident de Poséidon, la foudre de Zeus, la cuirasse d'Héraclès et l'armure d'Achille. Il fabriqua aussi un trône d'où Héra ne put se relever, pour se venger de l'abandon à sa naissance, mais consentit bientôt à la délivrer contre la promesse d'être réintégrer au sein de l'assemblée des dieux de l'Olympe. De fait, c'est avec difficulté qu'Héphaistos retrouva le rang qui lui était dû et de cette manière, il put connaître la postérité. En effet, assimilé par les romains au dieu Vulcain, Héphaistos est encore aujourd'hui connu. Source d'inspiration de divers peintres, le nom d'Hephaistos, tel une flamme, ne s'est jamais éteint et surgit avec splendeur, tel le marbre Vulcain de Guillaume de Coustou au Louvre.